MPLC : Outils – Le séminaire annuel – Part.2 Les règles d’or

Dans notre dernier article, nous évoquions les bienfaits du séminaire annuel en tant que moments-rituels, catalyseurs de lien et de performance, outil de motivation et de fédération autour de la stratégie, créateur d’envie, et même vitrine d’attractivité client comme candidat de talents.
Dans cet article, nous allons évoquer les conditions-clés pour atteindre cet objectif en voyant quelques règles d’or pour faire de votre séminaire un puissant outil de management, un investissement au ROI conséquent.

Mode d’emploi du séminaire performant

Un séminaire réussi, c’est une alchimie précise de conditions qui mène au succès. Voici quelques facteurs-clés de succès à garder en tête pour faire de votre séminaire un moment qui compte.

1. DE LA PRÉPARATION, DE LA PRÉPARATION ET … DE LA PRÉPARATION !

Un séminaire réussi se prépare 3 à 4 mois à l’avance au moins, 6 mois à 1 an à l’avance pour les structures grandes ou dispersées ! Et ce pour 3 raisons : Il est le fruit de l’analyse d’une année d’activité entière, d’une ingénierie de pointe pour créer un moment utile et agréable – qui vise modestement, rappelons-le, à marquer l’histoire de l’organisation – , et il nécessite la mobilisation d’une myriade d’acteurs internes et externes aux contraintes notamment temporelles très variées.

2. SÉLECTIONNER 1 LIGNE DIRECTRICE ET 3 MESSAGES-CLÉS

Le séminaire, c’est LE moment-clé pour rappeler le cap de l’entreprise, le sens de son existence, les valeurs qui la structure. Mais ce type de message n’est compris et intégré que s’il est simple et logique, adapté à l’esprit et à la capacité d’attention du plus grand nombre. C’est à ce prix que l’on créera de véritable réflexes de pensée, sorte de slogans à la résonance de « mantras » permettant aux collaborateurs de structurer leur action au quotidien, et même de créer de la culture.

3. IMPLIQUER TOUTES LES PARTIES PRENANTES

Impliquer les dirigeants, le management, les collaborateurs, les IRP, et même les partenaires externes réguliers, dans l’évènement, c’est garantir les conditions de son succès et de sa faisabilité, et ainsi, l’évitement du risque d’exclusion (quid d’une activité très physique avec 12 collaborateurs dont les restrictions médicales interdisent cet exercice ?), et l’intérêt de tous. C’est à ce prix que le séminaire permettra véritablement de penser « convergence », de penser « collectif », et d’être vecteur d’une leçon forte en soi : « Oui, les visions et intérêts des acteurs d’une organisation peuvent être convergentes, la lutte des métiers / services / niveau / bureau / … n’est pas une fatalité, sauf si on le choisit »

4. COMBINER CONCRET, LUDIQUE…. & TRANSFÉRABLE

Un bon séminaire transmet de l’information sur « la vraie vie de l’entreprise » (vision stratégique, données financières,…), créé des moments de loisirs et de détente partagé (activités sportives, artistiques, simple partage d’idées,…) mais est aussi l’occasion rêvée pour fabriquer du transférable : fabriquer de la compétence et aiguiser du potentiel, créer des liens utilisables en situation réelle pour débloquer certains systèmes d’actions concrets, cultiver une logique de solutionnement autonome automatique, recréer de la confiance en soi et en les autres, générer des habitudes d’innovation en apprenant à penser en dehors du cadre ….

5. COMBINER ÉPHÉMÈRE ET DURABLE

Créer un événement unique qui restera un souvenir particulier pour vos collaborateurs, mais matérialiser ce souvenir par un support qui reste et devient un outil de management et de story-telling pour l’entreprise (vidéo,…). Et pourquoi pas préparer d’or et déjà l’album des séminaires remis à tous collaborateurs au bout de 5 années d’ancienneté, ou le livre d’or (papier ou numérique) des séminaires disponibles à l’accueil de l’entreprise ou dans la salle de pause ? L’Histoire, ça se marque !

6. PENSER DYNAMIQUE DE SUCCÈS

Quel que soit la nature de votre séminaire, faites en sorte de valoriser les succès du passé (ou leurs graines), de créer un succès fort lors du séminaire, et de construire une « histoire de l’avenir » marqué par un succès inévitable (si bien sûr nous suivons le cap directeur avec compétences, volonté, rigueur, innovation, dépassement de soi,… à ajuster selon les facteurs-clés de réussite à l’œuvre dans votre entreprise et définis par la stratégie (cf règle 2)). Le succès appelle le succès, crée l’identité forte, bétonne les liens.

A titre d’exemple, le « Yes we Can » de Barack OBAMA : simpliste mais efficace car il créé une confiance dans une période de manque de foi dans la possibilité de la performance, et bien plus efficace que « le changement, c’est maintenant » de François HOLLANDE, qui génère une attente plus modeste mais moins rassurante, moins mobilisatrice (et peu cohérente avec ce que l’Histoire Politique laisse présager dans la France d’alors). Toujours à titre d’exemple, la France du Football en 1998. Ce qui réunit universellement les Hommes, c’est la volonté de réussir et d’être reconnu dans leur réussite.

Permettez à vos collaborateurs de savoir qu’ils peuvent saisir la réussite en tendant les bras, et ils la saisiront. Dans une France désenchanté, et sur un marché mondial hyper concurrentiel, les managers vendent du pessimisme de peur de créer de la déception : Vendons de l’espoir pour se dépasser, et même dépasser les systèmes de contraintes les plus lourds, car, comme nous l’enseigne Mark Twain avec un instinct managérial brillant : « Ils ne savaient pas que c’étaient impossible, alors ils l’ont fait ».

7. CASSER LES CODES

Vous souhaitez que votre séminaire mette à jour / cultive votre ADN – Avantage Différenciant Naturel ? Alors soyez différenciant dans son fond et sa forme ! Pensez au potentiel différenciant des géants, et inspirez-vous de leur recettes : les présentation de Steve JOBS (« Think Different », Think Simple »), l’ambiance potache de PIXAR et des entreprises de la Silicon Valley, les lipdubs décalés de certains Géants de l’Economie Française (je ne citerais aucune entreprise : YOUTUBE le fera pour moi), … Bref, casser votre code génétique pour le faire progresser, et quel meilleur moment que le séminaire annuel pour penser et faire penser différent ?

8. SOYEZ AMBITIEUX MAIS PAS GADGET

Vos messages peuvent être révolutionnaires, votre présentation sublime, vos activités sensationnelles,… mais ne cédez jamais au grand jamais à la tentation du « gadget » : ils brouillent le message, et marque les esprits de manière certaine et souvent plutôt négative. Faites fort mais simples, évocateur mais épuré. Vous n’avez pas besoin de ce détail insignifiant mais dangereux quant à l’atteinte de votre objectif. Cela ne pourra que vous crédibiliser quand vous parler efficience à vos équipes..

9. PRÉPARER L’ANNÉE PROCHAINE

Pensez votre séminaire comme l’on pense des articles de fond : pas de patchwork, mais une ligne éditoriale claire, en écho avec votre stratégie pluriannuelle.

10. PENSER À PASSER À 2 SÉMINAIRES PAR AN

1 seul séminaire, c’est bien, 2 ou plus, c’est mieux. Ne dépasser pas 3 ou 4 : l’événement doit rester rare pour être précieux. Mais soyez convaincu que, notamment en période de crise ou de changement, une Équipe de Direction qui affirme régulièrement que l’on peut réussir en valorisant nos trésors internes, en sécurisant nos risques, et en suivant un cap tracé avec prospective et intelligence, à travers un évènement fondateur reposant sur « le plaisir d’être ensemble dans notre belle Maison » : c’est un accélérateur de performance et de lien de grande valeur. Alors pourquoi s’en priver ?

Allons plus loin…

Au regard des bienfaits du séminaire annuel, la tentation est grande de diffuser ses principes fondateurs dans le quotidien de l’entreprise. Et si nous le faisions, quels seraient les préceptes de cette vision ? Dans un environnement souvent vécu comme imposant douleur et rigueur, ils seraient : apprenons à cultiver au quotidien l’amusement au travail, comme un contre-pieds pour rencontrer l’innovation et le bien-être, la performance et la Qualité de Vie au Travail ; Le Management deviendrait le pilotage du plaisir de travailler ; Le professionnel performant ré-apprendrait à retrouver le vrai goût du travail comme une activité épanouissante et agréable, au sein d’un quotidien plus divertissant, et, de fait, plus stimulant.

Au regard des succès notables des entreprises innovantes en la matière, comme Google «(« Do cool things, that matter ») ou Microsoft (« your potential, our passion »), où le séminaire, c’est un peu tous les jours autour des tables de ping-pong ou des projets libres et hyper-mobilisateurs, une réflexion est à mener.

Mais commençons par organiser notre séminaire, par créer de la performance et du lien, en se rappelant que « Se réunir est un début, rester ensemble est un progrès, travailler ensemble est la réussite. » (Henry Ford)