Les Vignerons du Pic Saint-Loup, un exemple de stratégie de coopétition marketing

Avec l’essor de nouveaux pays producteurs comme les Etats-Unis , l’Australie, l’Argentine,… le secteur viticole voit se développer une forte concurrence. Que peuvent aujourd’hui mettre en place les viticulteurs français pour faire face à ces géants du marketing ?

Rencontre avec Sophie Landreau, SYNDICAT des VIGNERONS du PIC SAINT LOUP

Pouvez-vous nous présenter Les Vignerons du Pic Saint-Loup ?

Nous fonctionnons sur une démarche volontaire, avec un fonctionnement qui relève plus du syndicat. Actuellement notre regroupement compte 120 acteurs, une soixantaine de vignerons particuliers, le reste étant constitué de coopératives. Pour en faire partie la seule condition réside dans le fait d’être déclaré vin du Pic Saint-Loup, à chacun après de définir son degrés d’implication dans le groupement.

Pourquoi ce regroupement ?

L’intérêt de notre regroupement réside en deux points :
Tout d’abord défendre la dénomination et ainsi bénéficier de l’image, de la marque, des Vignerons du Pic Saint-Loup.

Ensuite participer à des opérations communes telles que les salons, par exemple Vinisud salon auquel certains vignerons n’auraient pas pu exposé hors du regroupement, pour des raisons de coûts (droit d’accès, stand,…). L’ensemble des Vignerons se sont retrouvés sur un même et unique stand mais ont pu de manière particulière gérer leur communication, leurs ventes.
Parallèlement nous organisons nos propres évènements tels que Les Vignes Buissonnières qui rassemble environ 3200 visiteurs, et qui sur le même principe permettent à chacun de promouvoir de manière particulière sa production.

L’objectif premier est de mettre en avant la dénomination Pic Saint-Loup. Nous nous trouvons dans une période transitoire qui nous mène vers une reconnaissance en AOC.

A quand l’ouverture vers l’international ?

Nous allons mettre en place des actions en ce sens cette année.

Site internet : les Vignerons du Pic Saint-Loup

A consulter l’analyse de Julien GRANATA et Frédéric LE ROY Rendre la stratégie de coopétition performante en PME. Le rôle central de son management.

Consulter le document

Les recherches antérieures sur les stratégies coopétitives des PME ne traitent pas du problème du management de la coopétition en PME alors que celui-ci est essentiel à la réussite de la stratégie coopétitive. Cette étude de cas approfondie et longitudinale se propose d’étudier le management de la coopétition en PME. Le cas du syndicat de producteurs de vin du Pic Saint-Loup, en Languedoc-Roussillon, concerne trois caves coopératives et quarante-cinq caves particulières en situation de concurrence. Cette recherche met en avant, tout d’abord, que les stratégies coopétitives des PME se caractérisent par une formalisation de la structure de coopération. Elle montre que les dirigeants de PME internalisent le management du paradoxe coopétitif en faisant vivre simultanément la compétition et la coopération. Enfin, l’étude identifie que les PME ont tendance à multiplier les stratégies coopétitives pour assurer de la flexibilité et renforcer la stratégie coopétitive initiale. Ces résultats confirment une spécificité de la PME dans le management des stratégies de coopétition.