Afin de favoriser l’intégration et l’accès à la vie économique, sociale et politique des personnes handicapées, une Journée Internationale des Personnes Handicapées à été proclamée, en 1992, par les Nations Unies, à la date du 3 décembre.

Comment Géométrie Variable participe aujourd’hui à l’insertion professionnelle des personnes handicapées ?

Virginie Christen, coordinatrice pédagogique du pole mobilité professionnelle consultante RH chez Géométrie Variable, nous apporte son point de vue sur la question.

Au sein des candidats Géométrie Variable quel est le pourcentage de personnes en situation de handicap ?

Les chiffres divergent en fonction des bassins, à Béziers par exemple nous avons plus de personnes en situation de handicap que de personnes en situation de non handicap. La plupart sont positionnées sur des prestations bien précises, notamment la prestation Cap Projet. Ils sont là car ils ne peuvent plus exercer leur ancien métier notamment dû à des problèmes d’ordre physique. Par exemple des ancien(e)s aides à domicile ou aides soignant(e)s qui ne peuvent plus exercer leur métier.

On peut estimer que l’on a environ 15 à 20% de personnes handicapées parmi nos candidats. Parmi lesquelles on distingue les personnes reconnues, celles en cours de reconnaissance et celles que nous identifions comme en situation de handicap lorsque l’on les reçoit.

Quelles sont les solutions de Géométrie Variable pour ces candidats ?

Dans un premier temps l’information et la sensibilisation à la reconnaissance du statut de travailleur handicapé, ce qui est intéressant pour eux pour des raisons d’employabilité.

Dans un second temps nous travaillons en étroite collaboration avec notre réseau de partenaires : Cap emploi, FNATH, Maisons de l’emploi, Pole Emploi, l’Agefiph, Face Hérault et les confédérations. Par exemple Bernard Rossa chargé de mission handicap à la CGPME  a reçu beaucoup de nos candidats.

Il faut distinguer nos prestations Pole Emploi et nos prestations RSA. Les prestation RSA entrent dans le cadre du programme RSA Santé. Il s’adresse aux personnes reconnues en situation de handicap ou handicap trop lourd pour la recherche d’un emploi. Ces personnes sont automatiquement orientées vers ce pôle santé. Pour le bénéficiaire du RSA il y a donc déjà ce relai que l’on a pas pour le Pôle Emploi.

Parmi nos actions nous organisons également des rencontres candidats/employeurs ou candidats/partenaires dans le but de mettre en relation les différents acteurs de cette démarche de recherche d’emploi.

Quels sont aujourd’hui encore les principaux obstacles dans le parcours vers l’emploi des personnes handicapées ?

La principale problématique reste l’identification des partenaires avec qui l’on peut travailler, leurs champs de compétences, leurs champs d’intervention pour savoir vers qui l’on peut diriger les candidats. Qui appeler, dans quel cadre, pourquoi et comment nous identifient-ils ?

Propos recueillis par Julie BENOIT, Community Manager