Pourquoi devons-nous nous intéresser de près au management de la connaissance ?

Postulat de départ : aujourd’hui, pour être compétitives, nos entreprises ont la nécessité de valoriser leurs capitaux immatériels.
Les capitaux immatériels désignent l’ensemble des éléments non monétaires et sans substance physique qui présentent une valeur pour l’organisation. La Connaissance, qualifiée de « Capital savoir » comprend l’ensemble des connaissances explicites (savoirs) et tacites (savoir-faire) de l’entreprise.
Elle est à juste titre considérée comme un capital immatériel stratégique qui peut se révéler fragile si non maitrisé.
Pour faire de la connaissance un avantage concurrentiel différenciant, la capitaliser ne suffit pas – il faut savoir la « manager ».

Comment manager la connaissance ?

Le knowledge management prend en compte l’ensemble du cycle de la connaissance : le repérage, l’actualisation, la valorisation et la préservation de la connaissance.
Pour se faire, trois acteurs indispensables :

  • Des outils d’aide à la décision objectifs et tangibles pour repérer et actualiser la connaissance.
  • La fonction RH au cœur du processus de management, afin de valoriser et pérenniser la connaissance.
  • Un système d’information qui permet de capitaliser et de partager la connaissance

Manager la connaissance, c’est avant tout être le chef d’orchestre de ces trois acteurs, d’assurer une synergie dans leurs interactions pour que le cycle de la connaissance poursuive durablement son développement.

Faire de son management de la connaissance, son véritable ADN*

La connaissance doit être considérée comme un projet d’entreprise et son management dépend d’une stratégie à court, moyen et long terme en fonction des orientations préalablement définies par la structure.
Réel atout pour l’entreprise, le management de la connaissance met en avant le caractère innovant d’une entreprise et renforce son encrage culturel.
Dans un contexte où la différentiation est un avantage concurrentiel, être différent en valorisant simplement son ADN, est à la portée de tous, à condition de s’en donner les moyens.

*Avantage Différentiant Naturel

Sources
Management de la Connaissance – Knowledge Management, Apprentissage Organisationnel et Société de la Connaissance, Michel FERRARY et Yvon PESQUEUX, 2006
L’observatoire de l’immatériel, www.observatoire-immateriel.com
Le Management des Connaissances dans l’Entreprise : Problématique, Axe de progrès, Orientations – Michel GRUNDSTEIN, 2002